Aller au contenu
Accueil > Le Blog de Merlin > Comment organiser des temps calmes avec ses enfants ?

Comment organiser des temps calmes avec ses enfants ?

temps calmes enfants

Il y a des jours où on cherche des idées d’activités pour nos enfants. Une balle américaine, une guirlande de pommes de pin, une recette de biscuits au décor en pâte à sucre… Et il y a des moments où on sent que nos loulous auraient plutôt besoin de lâcher prise, de se détendre, de souffler un peu. Et nous avec eux ! Voici donc quelques idées faciles à mettre en place pour ménager des temps calmes et se relaxer en famille. En effet, à tout âge, la relaxation présente une somme de bénéfices importante : réduction du stress, développement de la capacité d’attention et de concentration, sensation d’apaisement et de bien-être physique et mental, amélioration du sommeil… On pense toujours que nous n’avons pas le temps de nous y adonner. Mais pour quelques minutes de détente, le gain en confort de vie est incomparable !

Temps calmes inspirés du yoga, du stretching et de la sophrologie

Dans la philosophie indienne, l’objectif du yoga est de permettre l’unification de l’humain dans sa dimension physique, psychique et spirituelle. C’est un moyen de se reconnecter avec soi-même et avec le monde qui nous entoure. À travers un ensemble de postures, de mouvements rythmés par une respiration contrôlée, le yoga apparait comme une méthode de relaxation dont on peut s’inspirer pour aider les enfants à faire le calme en eux. Il existe de nombreux dérivés du yoga qui s’attachent soit davantage à la méditation (sophrologie), soit plutôt aux étirements (stretching).

Les jeux d’imitation d’animaux reprenant les postures du yoga

Pour un retour au calme, certaines postures d’animaux conviennent particulièrement aux enfants. Parmi les plus célèbres, on trouve celles :

  • du chien tête en bas ;
  • de la tortue ;
  • de l’escargot ;
  • du chat ;
  • du papillon…

Vous pouvez trouver des vidéos de démonstration sur Youtube qui vous aideront à proposer les bonnes postures à vos enfants. De même, vous pouvez aussi utiliser l’enceinte Merlin qui comprend des séances de yoga à travers la collection Le Yoga des enfants de Bayard. Ainsi, vous y trouverez les postures du hérisson, du papillon, du flamand rose et du cobra.

Des étirements pour ménager des temps calmes

Plus simplement encore, vous pouvez retenir les étirements classiques souvent pratiqués avant ou après un effort physique. Proposez à votre enfant de vous imiter pour aller toucher la pointe des pieds ou tenter d’atteindre le plafond. Demandez-lui en retour une autre idée pour toucher un objet sans bouger de sa position, en restant debout, assis par terre ou allongé.

Ensuite, il peut imaginer qu’il tient une boule de coton ou un objet très fragile dans ses deux mains. Il devra aller le déposer en évitant de faire le moindre bruit. Ainsi, il devra se déplacer lentement et rechercher son équilibre sur la pointe des pieds. Une séance d’étirements chez les plus jeunes a surtout vocation à focaliser leur attention sur la maîtrise de leurs gestes et mouvements. En effet, les jeunes enfants n’ont que très rarement besoin de « chauffer » leurs articulations. Le bénéfice recherché se situe donc plutôt du côté mental que moteur. En détournant l’attention de l’enfant sur des mouvements, il libère son mental du stress, de la pression ou du trop plein d’émotions.

La sophrologie pour respirer et créer des images mentales apaisantes

La sophrologie est une technique de relaxation qui crée des temps calmes pour favoriser la concentration ou l’endormissement. Avant un examen ou au moment du coucher, l’enfant déroule un scénario qu’il aura conçu avec votre aide. L’idée est de provoquer la survenue d’images mentales apaisantes. Ces images sont personnelles et proviennent de l’imaginaire de chacun. Pour certains, la vue de la mer sera synonyme de bien-être et de détente. Pour d’autres ce sera un lac au pied d’une montagne ou une prairie fleurie. En façonnant ce refuge mental, on fabrique un espace où se ressourcer, au calme, à l’abri des sollicitations extérieures.

Par ailleurs, ces images apparaissent à mesure que la respiration se fait de plus en plus consciemment. Le rythme de son propre souffle, maitrisé, apaisé, permet justement d’accéder à une sorte de second niveau qui ouvre vers une vision apaisante. Ce relâchement provoque souvent des bâillements qui peuvent être suivis du sommeil. Tout comme pour l’hypnose qui plonge dans un état de demi-conscience, le retour au réel se fera progressivement, à l’aide d’une parole douce et calme.

enfant qui médite temps calmes

On le voit pour toutes ces activités de relaxation, la maîtrise de sa respiration est fondamentale. Si votre enfant a dû mal à s’investir, tentez d’abord des exercices de respiration simples. Faites-lui d’abord prendre conscience de l’inspiration et de l’expiration. Puis demandez-lui quelles parties du corps sont en mouvement (le thorax, l’abdomen). Ainsi, vous l’aiderez progressivement à mieux comprendre son schéma corporel et à appréhender le fonctionnement de son propre corps. Un préalable important pour accéder aux exercices de yoga et de sophrologie.

Pratiquer des temps calmes avec les enfants grâce aux massages

Chez le nourrisson déjà, les vertus du massage pour apaiser les tensions et les douleurs abdominales ont fait leur preuve. Alors pourquoi s’arrêter quand l’enfant grandit ? Le massage fait partie des techniques de relaxation que l’on peut aisément mettre en oeuvre chez soi. Si l’on se réfère à la réflexologie chinoise, les différentes parties du corps se répondent et communiquent. En pratiquant des pressions et massages sur certaines zones réflexes, on peut apaiser des tensions et favoriser un retour au calme. Quatre zones sont concernées par la réflexologie : les pieds, les mains, le visage et les oreilles.

Cela peut servir de point de départ pour pratiquer des massages chez soi. Cependant, vous pouvez aussi opter pour d’autres parties du corps : le dos, le crâne etc.

Le massage le plus pratiqué reste celui des pieds, mais pas toujours évident à mettre en place avec des enfants. C’est pourquoi il peut être une bonne idée de démarrer avec les mains. On commencera par le centre de la paume pour aller progressivement jusqu’aux extrémités de chaque doigt. Attention à ne pas tirer sur les articulations. En effet, celles-ci sont encore très mobiles et vous risqueriez de déloger une phalange ! Procédez par pressions successives, sans étirer les doigts. Puis demandez à votre enfant de faire pareil sur vous. Pendant ces moments, vous pouvez discuter des sensations ressenties. Ce sera une occasion d’exprimer ses émotions et de développer son langage et son vocabulaire (dénomination des doigts, articulations etc.).

Enfin, quand vous aurez exploré ensemble plusieurs possibilités et techniques de massages (en rond, en longueur, par pressions…), suggérez de poursuivre par des auto-massages. L’idée est de fournir des outils à votre enfant pour qu’il sache lui-même comment soulager ses tensions et ménager ses propres temps calmes en fonction de ses besoins. Cela l’aidera à gagner en autonomie.

Lire ou écouter une histoire : toujours une bonne idée pour retrouver son calme !

Si votre enfant est agité parce qu’il commence à être fatigué, c’est sans doute le bon moment pour lui lire une histoire. Bien calé sur le canapé, il pourra relâcher son tonus musculaire et mobiliser son attention sur les images du livre ou se concentrer sur votre voix. Le ressort dramatique d’une histoire a un fort pouvoir catalyseur sur les enfants (et les adultes aussi !). On s’arrête pour écouter, pour savoir ce qu’il va se passer ou pour se délecter d’une lecture déjà connue et aimée. Les histoires ont ce pouvoir magique d’apaiser les tourments en embarquant l’imaginaire dans une série de péripéties. Et si vous donnez de la voix pour interpréter les personnages, l’effet en est démultiplié !

C’est pourquoi les livres et histoires audio plaisent tant aux enfants. Ils les font voyager en pensée, rêver, frissonner, rire. Ils font appel à une palette d’émotions variées, mais aussi à leur intelligence et à leur sagacité. Quand on écoute une histoire, le temps est suspendu à une autre réalité temporelle qui éloigne de nous les difficultés du quotidien. Et quand l’histoire se termine, on a la satisfaction d’un achèvement. Ainsi, cette pause dans un univers de fiction nous permet d’aborder plus sereinement la reprise de notre quotidien, désormais chargé de nouvelles promesses. Car une histoire c’est aussi cela, l’ouverture vers des mondes inconnus qui donnent envie d’explorer, d’aller de l’avant et même de sortir de sa zone de confort.

Dans ce domaine, les documentaires, mais aussi la musique participent à l’enrichissement de l’imaginaire des enfants. Et sont d’excellents moyens de faire une pause, de se détendre tout en développement ses connaissances de façon ludique. Bien sûr, on relèvera qu’en la matière, la musique a des vertus relaxantes puissantes et bien connues (berceuses, musique classique, musique zen…).

Observation et jeu de rôle pour des temps calmes qui font appel à l’imaginaire

Parfois, pour initier un temps calme, il faut passer par une scénarisation qui agit comme une mise en condition pour l’enfant. Tout comme on détourne l’attention des tout-petits par la surprise et l’étonnement, nous pouvons aider nos enfants à « passer à autre chose ». Et l’incongruité peut nous y aider. En puisant dans sa propre imagination, le parent crée une situation inédite qui accroche l’attention de l’enfant. Si celui-ci est énervé, il marquera une pause pour vérifier ce que vous dites. C’est le moment de dérouler un scénario pour l’amener à retrouver son calme.

Tout commence par l’observation. Cela peut être quelque chose que l’on voit, un insecte derrière la vitre, un reflet étrange dans le salon. Mais aussi quelque chose qu’on entend, un bruit inhabituel, une chanson au loin. À partir d’une histoire que vous inventez, vous vous engagez dans une première action pour inciter votre enfant à réagir. Vous entrez alors dans l’improvisation théâtrale qui va donner tout le loisir à votre enfant de déployer son imagination et d’évacuer ses contrariétés et frustrations. Avec ce jeu théâtral, vous donnez l’occasion à votre enfant d’exprimer ses émotions et de profiter de l’effet cathartique de la parole. Les causes de sa mauvaise humeur et de son énervement n’apparaîtront pas forcément au grand jour, mais pourront être sublimées dans le jeu. À vous d’orienter l’improvisation pour aider votre enfant à sortir de sa spirale négative et renouer avec la joie de vivre.

Voici quelques idées de déclencheurs de jeu : planter une graine, attraper la lune, monter en haut d’un arbre, sur le dos d’un éléphant, cueillir des fruits… Dans toutes ces péripéties, vous aurez un rôle d’adjuvant et réfléchirez aux moyens d’accompagner au mieux votre enfant dans son voyage imaginaire.

Si vous avez d’autres idées à nous partager, n’hésitez pas à nous les transmettre via nos réseaux sociaux Instagram et FB !

La gazette de Merlin