Aller au contenu
Accueil > Le Blog de Merlin > Musique pour les tout-petits : à la découverte de l’opéra et des compositeurs classiques !

Musique pour les tout-petits : à la découverte de l’opéra et des compositeurs classiques !

musique opéra Pixabay

À quel âge commencer à faire écouter de la musique classique ? Quels artistes facilitent l’initiation ? Comment aborder une oeuvre musicale ? Lorsqu’on apprécie soi-même l’opéra et la grande musique, on a forcément envie de transmettre sa passion à ses enfants. Chez Merlin, la musique occupe une place de coeur pour ravir les oreilles des plus jeunes.
Et comme désormais les quatre épisodes des Contes de la maison ronde consacrés au Petit Chaperon rouge sont disponible en accès libre sur l’application Merlin pour être transférés sur votre enceinte, on voulait fêter ça en rendant honneur à la musique et à ses compositeurs !

Bienfaits de la musique in utero pendant la grossesse

Une récente étude de l’Institut Marques réalisée sur 100 femmes et publiée dans le journal Ultrasound de la British Medical Ultrasound Society (BMUS) montre que les fœtus de seize semaines réagissent à la musique. En effet, à ce moment de leur vie, leurs oreilles sont complètement formées. On sait déjà que la musique stimule les circuits de communication et de vocalisation chez les bébés, mais on ignorait des effets semblables sur les foetus. 

Cependant ils ne perçoivent qu’imparfaitement les bruits extérieurs. Ainsi, par voie abdominale, le foetus entend 30 décibels environ, ce qui correspond à des chuchotements. Les mamans utilisant une enceinte vaginale ont permis d’observer des foetus réagissant dans 87% des cas, contre à peine 50% via l’abdomen. Ils effectuent des mouvements de langue et de bouche montrant qu’ils cherchent à imiter des sons.

Par ailleurs, les chercheurs espagnols ont également testé trois types de musique : musique classique, musique traditionnelle et pop rock. Et c’est la musique classique qui remporte leur préférence avec :

Pendant ce moment d’écoute partagé, il est primordial de limiter le nombre de décibels. Les bruits intenses (+ de 85 décibels) sont néfastes pour le fœtus, surtout vers le 3e trimestre.

Quelle musique faire écouter à son nourrisson ?

D’après le Dr Marisa López-Teijón, directrice de l’Institut Marques « que ce soit une sérénade de Mozart, ou le son ancestral des tambours africains, ce sont des sons simples et répétitifs, qui plaisent beaucoup aux nouveau-nés« . Toutefois, même si la stimulation précoce du foetus favorise le développement langagier, aucune étude ne montre un impact décisif sur les capacités de communication du bébé. La qualité des interactions entre le foetus, puis le nourrisson, et ses proches demeure l’élément primordial de son développement. D’une manière générale, les musiques douces au rythme répétitif apaisent les nourrissons. Vous trouverez plusieurs compilations sur Youtube qui reprennent l’oeuvre de Mozart ou de Bach autour d’une thématique détente et relaxation.

Par ailleurs, l’éditeur Didier Jeunesse a publié plusieurs volumes de berceuses en livre CD qui embrassent une belle diversité de sonorités :

  • Les berceuses de mon bébé illustré par Ilya Green (pour les 0-3 ans) ;
  • Les plus belles berceuses classiques interprétées par l’ensemble Agora ;
  • Comptines et berceuses du baobab, Coup de coeur Charles Cros et Prix Sorcières en 2003 ;
  • Les plus belles berceuses du monde sous la direction musicale de Jean-Christophe Hoarau ;
  • Les plus belles berceuses jazz sélectionnées par Misja Fitzgerald Michel ;
  • Berceuses et comptines berbères collectées par Nathalie Soussana ;
  • Berceuses du Pays basque, de Corse et de Bretagne, illustrées par Élodie Nouhen…

De plus, leurs splendides illustrations apportent une touche d’imaginaire que vous pourrez exploiter ultérieurement quand bébé aura grandi et même jusqu’à ses 8 ans.

Éveil musical du bébé et du jeune enfant

En s’initiant très tôt à la musique, les enfants reconnaissent les instruments et leurs sonorités. Ils sont capables de reproduire un rythme simple et une mélodie. Développer le sens de l’écoute favorise la mémoire auditive et prépare aux apprentissages scolaires. Vous pouvez proposer à votre enfant d’explorer librement des instruments à vent ou à percussion : flûte, harmonica, tambourin, grelot, cloche etc. Dans un second temps, il pourra inventer une courte phrase musicale ou rythmer des comptines et chansons qu’il connait. Souvent les crèches et écoles maternelles ménagent des temps d’écoute collective où chaque enfant frappe dans ses mains, tape des pieds, claque de la langue etc. Les paroles peuvent être substituées à des percussions instrumentales ou corporelles.

Chez le jeune enfant, la manipulation et l’imitation sont des voies d’apprentissage privilégiées. C’est le moment d’explorer et de tester des bruits inattendus. Quel son produisent deux coquillages frottés l’un contre l’autre ? Est-ce qu’on peut entendre le glissement d’une plume sur une biscotte ? De même, les sonorités de l’eau ouvrent les oreilles à une infinité de possibilités. D’ailleurs l’armonica de verre fait appel à l’eau pour produire les sons cristallins imaginés par Mozart, Bach, Beethoven ou encore Paganini.

Nul besoin d’être instrumentiste pour accompagner votre enfant dans son exploration des univers sonores. Toutefois, des ateliers d’éveil musical proposent aux enfants de 0-3 ans ans de découvrir instruments, comptines et rythme. Comme Comptines et tambourins à Lyon, L’attrape-nuages à Paris, Musicalille à Lille etc.

Par ailleurs, la collection de livres musicaux cartonnés chez Gallimard regorge de pépites. Les bébés peuvent toucher des textures qui produisent des bruits et appuyer pour écouter un son : collection « Les imagiers sonores » illustrés par Marion Billet. Par ailleurs, les tout petits découvrent des oeuvres classiques ou du patrimoine culturel grâce à des extraits courts adaptés à leur capacité d’attention. Mention spéciale pour le volume consacré à Mozart et à Musique maestro pour découvrir 12 compositeurs classiques (Bach, Schumann, Mozart, Beethoven, mais aussi Bizet, Vivaldi, Chopin, Debussy, Fauré, Rimsky-Korsakov, Saint-Saëns et Rossini). Côté opéras, ceux dédiés à La Flûte enchantée et à Casse-Noisette reprennent les airs les plus célèbres.

Musique en maternelle : les incontournables et les oubliés

En entrant en maternelle, les enfants profitent d’un enseignement collectif où la musique occupe une place de choix. En effet, les programmes de l’école maternelle soulignent l’importance de l’enseignement musical dès le plus jeune âge pour :

  • développer le sens de l’écoute et favoriser une attention soutenue propice aux futurs apprentissages ;
  • explorer ses émotions et les verbaliser (situations de communication) ;
  • développer son imagination ;
  • reproduire une séquence rythmée et chantée ;
  • travailler sa voix, sa diction (articuler), distinguer les phonèmes et les reproduire ;
  • utiliser sa voix comme un instrument et engager tout son corps (rythme, danse, jeux corporels) ;
  • développer sa culture musicale et partager lors d’un temps collectif de chorale par exemple.

Voici quelques oeuvres à faire découvrir parmi les compositeurs classiques :

  • Symphonie du nouveau monde d’Antonín Dvořák ;
  • Sonates pour violon et clavecin de Jean-Sébastien Bach ;
  • toutes les symphonies de Mozart (dont la 40 et 41ème) ;
  • les sonates pour piano et les symphonies de Beethoven (dont la 9ème) ;
  • Le Lac des cygnesCasse-Noisette et La Belle au bois dormant de Tchaikovsky ;
  • La truite de Schubert ;
  • Les Nocturnes de Chopin ;
  • La mer de Debussy ;
  • Les Quatre saisons de Vivaldi…

des contes musicaux :

et les opéras accessibles aux enfants en extraits ou en intégralité :

  • La flûte enchantée de Mozart (les airs des Papageno et Papagena, l’air de la Reine de la nuit et celui des trois dames) ;
  • Carmen de Bizet (extraits des airs les plus connus) ;
  • Les contes d’Hoffman de Jacques Offenbach (air de la poupée Olympia par exemple) ;
  • L’enfant et les sortilèges de Maurice Ravel ;
  • La belle Hélène de Jacques Offenbach (couplet des rois grecs);
  • Hansel et Gretel d’Humperdinck
  • Didon et Énée de Henry Purcell (extraits comme l’air de Didon « Ah Belinda… »)…

Bonne écoute à toutes et tous ! Et n’hésitez pas à partager vos incontournables sur notre compte Instagram @merlin.audio pour en faire profiter les petits curieux.

Eveil