Aller au contenu
Accueil > Le Blog de Merlin > 5 conseils pour développer l’imagination des enfants

5 conseils pour développer l’imagination des enfants

développer l'imagination des enfants

L’imagination puise son énergie dans la créativité, compétence qui confère une grande adaptabilité en toute situation. Souvent reléguée aux histoires et aux jeux d’invention, l’imagination des enfants recouvre pourtant de multiples facettes. C’est ce formidable réservoir de richesses qui permet de lutter contre l’ennui, la morosité, un moral dans les chaussettes… S’évader en imagination autorise l’audace et développe l’ouverture d’esprit et la curiosité. Alors, comment favoriser son développement dès le plus jeune âge ? Voici quelques conseils pour varier les approches et s’amuser en famille au pays de tous les possibles !

Jeux, imitation, marionnettes : la porte d’entrée de l’imaginaire

L’enfant apprend par imitation dès ses premiers mois de vie. En reproduisant ce qu’il observe, il acquiert puis affine sa perception du monde. Très vite, il comprend comment faire réagir son entourage, par un sourire, un geste, un son, puis par la parole. Dans ce jeu de communication, l’imagination enrichit rapidement les relations intra familiales.

Jeux avec des peluches, figurines, marionnettes…

marionnettes et imagination enfants

La vie secrète de doudou est prétexte à de petites histoires qui rejouent le réel ou s’en affranchissent. Dans ce va-et-vient entre réalité et imaginaire, l’enfant développe son imagination et crée ses propres histoires. Où est doudou ? S’est-il perdu ?
Parallèlement, l’adulte intervient pour proposer de nouvelles pistes, soumettre des directions. Et si doudou avait rencontré le loup ? Par ses interventions, l’adulte relance l’imagination de l’enfant qui réagit et explore différents scenarii.

©photosforyou pour Pixabay

Jeux de rôle dans la cours, à la maison…

Dès le plus jeune âge de l’enfant, parents et éducateurs stimulent son imagination par des histoires à rebondissements. Un nouveau personnage, un incident, un événement inattendu relancent la dynamique narrative du jeu. Pour les plus grands enfants, le jeu théâtral et les jeux d’imitation (mime, bruitages, gestuelle…) prolongent cette expérience. Souvent les enfants créent leurs propres univers en distribuant des rôles à leurs camarades. Certains seront des fées, des princes, des dragons, des pirates etc. Parfois d’ailleurs, ils seront fâchés d’endosser toujours les mêmes personnages. Lorsque votre enfant se plaint d’être toujours le serviteur au lieu du roi, proposez-lui d’inverser les rôles à la maison. Ou aidez-le à trouver comment ce serviteur pourrait révéler ses talents et être indispensable au roi !

Cours de théâtre pour enfants : imagination et improvisation

Si vous ne vous sentez pas d’humeur comédienne, des professionnels du théâtre pour enfants peuvent prendre le relais en proposant des stages ou des cours hebdomadaires. Ils se fondent souvent sur l’improvisation et sur l’écoute de l’autre (action/réaction). Il existe des méthodes spécifiques pour aider les enfants timides, hypersensibles ou introvertis à oser s’exprimer. Souvent, les enfants qui semblent manquer d’imagination ont surtout besoin de lâcher-prise. La bonne humeur et le rire les aident à sortir de leur coquille et à déployer toute la richesse de leur monde intérieur.

La pratique théâtrale donne des méthodes et techniques pour communiquer sur scène : être vu et entendu ! À partir de ce principe de base, l’enfant explore ses émotions, place sa voix, met son corps en mouvement. Les plus jeunes n’ont généralement pas de texte à apprendre ou seulement quelques phrases. Les activités font appel à leur sens de l’imaginaire pour se rêver autre tout en restant soi-même. Une belle aventure collective et individuelle qui développe la créativité et aide à prendre confiance en soi. Les enfants plus âgés découvriront des auteurs auxquels ils prêteront leurs voix et leurs gestes. La créativité est encadrée, mais l’imagination est plus que jamais nécessaire pour se représenter la scène comme un palais, une forêt, une salle à manger…

Visite de musée : développer l’imagination des enfants à travers l’art

Une visite de musée peut s’avérer bien ennuyeuse si on y emmène un enfant sans préparation ni support. L’effort de concentration et l’interdiction de mouvements et de cris contraignent beaucoup les enfants dans ces espaces sanctuaires. Cependant, l’art, sous toutes ses formes, appelle l’imaginaire. La première étape de la visite au musée consiste tout d’abord à choisir une exposition adaptée à son âge. Si rien n’est prévu pour les enfants, vous pouvez moduler vous-même le parcours en vous limitant à certaines pièces (le département des Antiquités égyptiennes au Musée du Louvre par exemple). Au-delà d’une heure de visite, l’enfant sera trop fatigué pour s’intéresser à ce qu’il voit. L’abondance d’informations le conduira à une surcharge cognitive contraire au déploiement de son imagination.

arts et imagination

En revanche, lorsque l’objectif de visite est limité, vous pouvez exploiter ce temps pour en faire une belle rencontre entre votre enfant et l’oeuvre. Ainsi, vous pouvez lister à l’avance les oeuvres à ne pas manquer et les cocher au fur-et-à-mesure de la visite. De plus, un petit carnet de dessin pourra recueillir un croquis que l’enfant produira ou qu’il vous dictera. Une fois rentré à la maison, votre enfant pourra le colorier et lui inventer un décor. Cette activité graphique mobilisera ses connaissances mais aussi son imagination (comment vivait-on à l’époque des Pharaons ?).

©frank2016wang pour Pixabay

Balade nature : trouver son inspiration dans les parcs et jardins

Dans la même veine, les balades en forêt, parcs naturels et chemins de campagne sont l’occasion d’engranger des informations sensorielles propices à nourrir l’imaginaire de votre enfant. Odeur de foin coupé, brindilles qui craquent dans les fourrés, envolée d’oies sauvages, brise parfumée de thym ou de romarin… La nature offre de magnifiques trésors dont l’imaginaire s’inspire. Les enfants y puiseront tous ces délicieux détails qui font le sel d’une histoire, qui créent un décor, une ambiance lors d’un récit oral ou dans une rédaction.

Les albums sans texte : développer l’imagination et la parole

L’imagination des enfants est réputée sans limite et foisonnante. En fait, elle est étroitement liée à la créativité inhérente à tout être humain. Or cette créativité rencontre des obstacles, dont celui du jugement et du conformisme scolaire. La peur de l’échec, du regard de l’autre et du jugement arbitraire font chuter la créativité. Cependant l’inhibition de la créativité et de l’imaginaire n’implique pas sa disparition. L’enfant peut continuer de nourrir une imagination débordante, sans toutefois la partager. Le théâtre peut vaincre cette auto-censure, à condition que l’enfant l’accepte. Dans tous les cas, les albums sans texte en réclamant une verbalisation libre autorisent le déploiement de l’imagination, au service d’une narration implicite.

lecture d'album et imagination

Si les albums sans texte peuvent parfois dérouter les parents qui craignent de ne pas savoir exploiter les images, ces livres regorgent pourtant de richesses.

Conçus pour dérouler une intrigue et s’attacher aux détails, les albums sans texte laissent libre court à l’imagination. On peut se référer par exemple à La Vieille dame et les souris d’Anne Brouillard (Seuil Jeunesse, 2007), La visite de Junko Nakamura (Éditions MeMo, 2016) ou encore Loup noir d’Antoine Guilloppé, (Casterman, 2004) souvent étudié à l’école. Ces albums sont conseillés pour les enfants à partir de 3-4 ans, mais peuvent être exploités jusqu’à 6-7 ans.

La recherche graphique de ces albums en fait de véritables oeuvres d’art qui ne laissent pas les jeunes lecteurs indifférents. Les enfants disent ce qu’ils voient et essaient d’imaginer ce qui suit et les motivations des protagonistes. Encore un bonne occasion de développer son imagination ! Vous trouverez une belle sélection d’albums sans texte sur le site Ricochet (Institut suisse Jeunesse et Médias ISJM).

La gazette de Merlin